La signature électronique, des enjeux en termes de qualité et de sécurité

signature électronique

A l’heure du
numérique et des enjeux de la dématérialisation en entreprise, les sociétés qui
ont d’ores-et-déjà fait le choix de la
signature électronique dans leur
gestion au quotidien sont unanimes : la signature électronique
présente toute une multitude de gains non négligeables. En effet, une signature
électronique
c’est gagner en termes de temps notamment car elle symbolise
l’immédiateté : plus besoin d’échanger, plus besoin d’être présent. Les
services marketing et commerciaux en sont très friands, pourquoi ? Un
mail, un clic et ça y est, un contrat peut être signé ! C’est également un
outil de choix lorsqu’on veut cibler la jeune génération désormais très à
l’aise avec la signature électronique, d’ailleurs on notera qu’eux
s’étonnent encore et de manière naturelle que la signature électronique
puisse susciter encore des débats…

Signature électronique et sécurité

Pourquoi
dit-on que la
signature électronique peut être encore plus
sécurisée qu’un papier réel avec une signature manuscrite ? Oui, la signature numérique peut effrayer
pour son côté volatile mais dites-vous que celle-ci s’accompagne d’une
véritable boîte à outils high-tech notamment grâce aux procédés
cryptographiques asymétriques. La
signature électronique n’est pas qu’une signature
volubile qui se perd dans les méandres du numérique, non ! Celle-ci est
automatiquement liée à une sorte clé virtuelle. Le document est signé d’une
part et la clé authentifie l’identité du signataire. Sur le plan juridique, la
signature numérique a la même valeur qu’une signature papier (loi n° 2000-230
du 13 mars 2000).

Signature
électronique
et certificat
électronique

La signature
électronique ne serait évidemment rien sans le
certificat électronique qui va avec car c’est lui qui assure
le lien entre une signature numérique et son signataire. Ce certificat virtuel
contient de nombreuses informations essentielles et bien réelles qui permettent
de vérifier l’intégrité du document et de la signature électronique. Ces
contrats sont délivrés par des prestataires de services de certification
électronique qualifiés, d’où la nécessité pour une entreprise de bien choisir
son logiciel de signature électronique. Cette opération numérique qui
peut paraître complexe est pour le coup complètement invisible pour
l’utilisateur lambda.

Signature
numérique et usages

Les usages courants
de la
signature électronique sont multiples :

  • Sécuriser les envois d’emails
  • Assurer la gestion de devis,
    factures, contrats, bons de commandes, etc.
  • Payer des factures ;
  • Accéder à des sites sécurisés
    et réglementés ;
  • Répondre aux appels d’offres et
    aux propositions commerciales ;
  • Effectuer des déclarations
    fiscales et sociales.

Signature électronique et secteurs porteurs

Certains secteurs sont
plus actifs que d’autres en termes d’utilisation de la
signature électronique, comme : la formation avec notamment
tous les documents à faire signer autour des conventions et des documents de
présence ; l’assurance avec les documents d’adhésion, les contrats, les
extensions de garanties, les changements d’informations courantes ; le
bancaire…
Certains dispositifs
légaux ont imposé la
signature
électronique
, cela
peut être le cas dans le cadre des réponses à des appels d’offres publiques qui
conjuguent à la fois une certaine obligation de dématérialisation et
l’obligation de signature.

Bien évidemment, la signature électronique est
également omniprésente dans les secteurs et corps de métiers suivants :
avocats, huissiers, notaires, agences immobilières…

Comment peut-on récupérer des données sur un disque dur détérioré
Freelance informatique : qu’est ce que c’est ?